top of page
  • Photo du rédacteurSophie

Découvrir Minerve : la capitale du Minervois

On ne peut pas découvrir le Minervois sans en visiter sa capitale historique : Minerve.


Perchée sur un site d’exception, cernée de gorges profondes taillées par la confluence des deux rivières le Brian et la Cesse, posée à l'extrémité d'un promontoire calcaire, ce village pittoresque domine la garrigue languedocienne.


Tout le monde s’accorde pour dire que le nom de Minerve provient de l’Occitan Menèrba. En revanche certains expliquent que Menèrba provient du celte men (pierre, rocher) et de herbech (asile, refuge)... d’autres indiquent que Menèrba est simplement la traduction occitane du nom latin de la déesse Minerva.


Ce petit village d’une centaine d’habitants accueille chaque année plus de 300 000 visiteurs. L’exceptionnel environnement naturel (gorges de la Cesse et du Brian), lui vaut l'essentiel de son attrait touristique, partagé avec la tragique histoire du premier bûcher de la Croisade contre les Albigeois.


Un peu d’histoire


À l'époque carolingienne, le Minervois est une circonscription administrative. La première mention historique de Minerve, "Castrum Menerba", date de 873, lors d'une assemblée de justice.

Minerve est par la suite restée célèbre pour sa résistance et son sort tragique lors de la croisade contre des Albigeois. Cette croisade proclamée par l'Église catholique contre le catharisme débute en 1209 par la prise de Béziers, la capitulation de Carcassonne et l'emprisonnement de Raimond-Roger de Trencavel, vicomte d'Albi, de Béziers et de Carcassonne. En juin 1210, Simon de Montfort, aidés des Narbonnais, mettent le siège devant la forteresse de Minerve où s’étaient réfugiés de nombreux parfaits et cathares protégés par le vicomte Guilhem de Minerve. Après un pilonnage des remparts et de la rampe fortifiée, assiégée pendant plus d'un mois, laplace forte place forte doit capituler. Environ 140 "Parfaits" refusant de renier leur religion périront sur le bûcher.

En 1229, par le traité de Paris, le Minervois est réuni à la couronne de France et compris dans la sénéchaussée de Carcassonne. Minerve devient alors un territoire soumis à la juridiction d’un gouverneur royal. C'est de cette époque que date la reconstruction du château et de ses fortifications. Lors de la Guerre de Cent ans, le château de Minerve sera l’un des dispositifs de défense de la région, notamment lorsque le Prince de Galles, dit le Prince Noir, investit le Minervois en 1355.

Durant les trois siècles qui vont suivre, Minerve passera tour à tour du protectorat du roi à celui des ducs de Montmorency (gouverneurs du Languedoc). En 1632 la défaite du duc de Montmorency signera la perte de pouvoir des grands féodaux en Languedoc et en 1637 sera acté le démantèlement du château de Minerve. Les ruines actuelles du château datent de la destruction de cette forteresse royale, et non de la période de la croisade.

Dès lors, Minerve n'est plus qu'une modeste seigneurie appartenant au domaine royal et cédée successivement en engagement à différents nobles. À la fin du 17ᵉ et au cours du 18ᵉ siècle, la vie de la petite communauté rurale est marquée par la présence d'une famille de notables pour devenir au 19ᵉ siècle un village pauvre et isolé. Le désenclavement du village n'est réalisé qu'au début du 20ᵉ siècle avec la réalisation de l'imposant pont-viaduc sur la Cesse en 1912.


Minerve aujourd’hui


Aujourd’hui Minerve est l’une des plus belles destinations de la région et fait partie des plus beaux villages de France. Ses deux sources de revenus sont le tourisme et la production de vins de qualité.


Ce joli petit village est un site géologique d'exception. Entre Canal du Midi et Montagne Noire, la cité de Minerve s'élève sur un éperon rocheux protégé par les profondes gorges de la Cesse et du Brian où l'eau a façonné d'étonnants ponts naturels ;

Cette position géographique stratégique lui vaut d’être habitée depuis près de 8000 ans faisant de ses environs un lieu riche en vestiges préhistoriques que l’on peut retrouver dans son musée archéologique et préhistorique. Le village recèle également un trésor caché en l’église Saint Etienne attenante au musée, le plus vieil autel de France daté de 456 : l’autel de Saint Rustique, évêque de Narbonne de 427 à 461.


La cité médiévale donne l’impression de garder en mémoire son histoire à travers ses ruelles étroites qui semblent intactes et ses nombreux jardins en terrasses. Le paysage autour du village est fait de gorges, de causses et de grottes et les falaises, souvent boisées, créent un environnement particulièrement agréable à découvrir à pied ou à vélo. Les chemins et sentiers autour des falaises environnantes sont une sorte d’invitation à la sérénité.

Et sur ce terroir emblématique et caractéristique de l’appellation d’origine contrôlée Minervois, les vignes, installées sur les calcaires durs, côtoient ce paysage méridional d’une intense luminosité. Les cépages rouge et rosé que l’on trouve dans ce vignoble en appellation Minervois sont principalement la Syrah, le Grenache noir, le Carignan, le Cinsault et le Mourvèdre. Et pour les Cépages Blanc principalement le Grenache blanc, le Maccabeu, la Marsanne et la Roussanne.




Pour en savoir plus, lisez nos autres articles sur le vin Minervois :

bottom of page